Délégationde Saint-Pierre-et-Miquelon

Rapport statistique 2011

Une décennie de pauvreté rencontrée au Secours Catholique

Dans son nouveau rapport sur les statistiques d’accueil, publié le 8 novembre 2012, le Secours Catholique analyse les évolutions de la pauvreté au cours de la dernière décennie.

Dans un accueil du Secours Catholique

publié en novembre 2012

Bien que le nombre de personnes rencontrées dans les accueils du Secours Catholique en France ait finalement assez peu varié entre 2001 (1 387 000 personnes) et 2011 (1 422 000 dont 668 000 enfants), avec une légère hausse entre 2008 et 2010, cela ne peut être interprété comme une stabilité ou une baisse de la pauvreté, car « l’indéniable dégradation du marché du travail a rendu encore plus hypothétique la sortie de la précarité pour les familles en difficulté ».

La pauvreté se féminise

Alors qu’en 2001, la situation de pauvreté apparaît comme la conséquence immédiate d’une difficulté soit familiale soit liée à l’emploi, en 2011, pour 65 % des ménages rencontrés, cette situation apparaît installée durablement, c’est-à-dire comme n’étant pas la conséquence immédiate d’une difficulté. Par ailleurs, le nombre de familles rencontrées augmente en dix ans (53 % des ménages rencontrés en 2011 contre 47 % en 2001). Cette hausse s’explique par l’augmentation du nombre de familles monoparentales et également par la féminisation des situations rencontrées. En effet, 57 % des adultes rencontrés en 2011 sont des femmes, contre environ 50 % en 2001.

Le chômage a par ailleurs gagné du terrain. En 2001, presque un quart des adultes rencontrés avaient un emploi. Ils ne sont plus que 18 % en 2011. Le taux de chômage des personnes rencontrées par le Secours Catholique est passé en dix ans de 58 % à 66 %. Toutefois, la part des ménages sans aucunes ressources a diminué de 18 % à 15 % entre 2001 et 2010, mais remonte légèrement à 16 % en 2011.

Les dépenses contraintes pèsent de plus en plus lourd

Le Secours Catholique tire un autre constat de son analyse : les charges des ménages en situation de pauvreté ont fortement augmenté. Entre 2001 et 2011, les loyers acquittés par les ménages locataires rencontrés par le Secours Catholique ont augmenté de 21 % dans le parc HLM et de 26 % dans le privé. Par ailleurs, le prix de l’eau a subi une forte hausse (+ 38 % entre 2001 et 2011, soit 19 points de plus que l’inflation) ainsi que celui de l’électricité, du gaz et autres combustibles (+ 48 % pour la même période, soit 29 points de plus que l’inflation). Par conséquent, environ 60 % des ménages rencontrés déclarent des impayés, ce qui entraîne une hausse du recours au travail informel.

Enfin, les conditions de vie des étrangers (30 % des situations de pauvreté rencontrées au Secours Catholique) se sont considérablement dégradées. Il s’agit de plus en plus de familles, surtout de couples avec enfants. 98 % des étrangers accueillis sont pauvres au sens de la pauvreté monétaire et 86 % sont en situation de grande pauvreté, c’est-à-dire qu’ils disposent d’un niveau de vie inférieur à 40 % du niveau de vie médian [1].

Consultez l’intégralité du rapport :
Statistiques d’accueil 2011. Regards sur 10 ans de pauvreté

[1] Le niveau de vie médian partage la population en deux : la moitié de la population a un revenu inférieur à ce niveau de vie médian, l’autre moitié a un niveau de vie supérieur.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne

Actualité